mardi 6 janvier 2015

L'Océan au bout du chemin, Neil Gaiman

Le premier livre de 2015 est donc un Gaiman. J'aime l'auteur et je suis plutot contente de commencer l'année avec lui.

L'Océan au bout du chemin, Neil Gaiman

Editeur : Au Diable Vauvert
Collection :
Année de parution : 2014
Titre en VO : The Ocean at the End of the Lane
Année de parution en VO : 2013

A lire si :
- Vous voulez revenir un peu en enfance
- Vous aimez les légendes et contes 

A ne pas lire si :
- Vous cherchez une histoire enfantine
- Vous n'aimez pas les contes pour enfants

Présentation de l'éditeur : 

 "Les adultes suivent les chemins. Les enfants explorent."
De retour dans le village de sa jeunesse, un homme se remémore les évènements survenus l'année de ses sept ans. Un suicide dans une voiture volée. L'obscurité qui monte. Et Lettie, la jeune voisine, qui soutient que la mare au bout du chemin est un océan...

Mon avis :

Mon dernier Gaiman, c'était Neverwhere que j'avais juste beaucoup aimé (surtout que j'avais été non pas déçue mais un peu désappointée en lisant American Gods quelques mois plus tôt). Du coup, j'espère beaucoup de cet Océan au bout du chemin qui me faisait un peu bavé et que je ne voulais pas, à la base, prendre en GF. Bon, lorsque je l'ai vu à la librairie, je n'ai pas hésité une seconde. Faut quand même dire qu'il est beau le petit. 

La quatrième de couverture de cette édition a une chose de géniale pour moi, elle ne dit presque rien de ce qu'il va se passer. Que j'aime ce genre de quatrième qui ne dévoile rien, qui laisse au lecteur le temps d'entrer dans l'histoire et de la découvrir. Et autant dire que cette fois, Gaiman nous offre un conte plutôt sombre et assez plaisant. Suite à un décès, le narrateur est de retour dans la ville de son enfance. Il se rend dans la maison de son amie d'enfance et là, devant une mare, les souvenirs de l'année de ses sept ans vont resurgir. C'est à partir de là que Gaiman va nous entrainer dans ce qu'il fait le mieux, pour moi, un conte pour adulte avec des relents d'enfance.

Si le héros dont nous n'avons pas le nom, donnant d'ailleurs du coup une fausse impression d'autobiographie a bel et bien sept ans, le reste de l'histoire n'a rien d'un livre pour enfant. Neil Gaiman a crée une histoire particulièrement noire et plutôt cruelle, où les légendes prennent une place énorme, comme souvent et où le passage entre réalité et étrangeté se fait presque tout en douceur. Pourtant, je peux dire qu'il y a plétores de moments angoissants, pour le héros comme pour nous, lecteur. Du coup, personnellement, l'Océan au bout du chemin me fait penser aux contes de fée originels, ceux où la violence, le mal et tout le reste n'était pas occulté par la vision de Disney. Rien d'édulcoré dans cet Océan. Gaiman ne nous épargne pas grand chose dans la cruauté des êtres surnaturels ni même au final des hommes "normaux" que nous allons rencontré et notre héros ne va pas s'en sortir totalement indemne.Le livre en devient même presque horrifique, un peu à la manière de Coraline.

En parlant du héros, je dois avouer que j'ai aimé quasiment tous les personnages du livre, chose rare avec moi sur un Gaiman (il y a toujours un personnage qui vient tout foutre en l'air). J'ai surtout aimé les trois femmes Hempstock, qui m'ont de suite fait pensé la trinité païenne (la vielle, la mère et la jeune fille) puis ensuite aux Moïres (plus précisément dans une scène où réellement, elles accomplissent leur travail). La vielle Mme Hempstock m'a aussi beaucoup rappelé la Mémé Ciredutemps de Pratchett, va savoir pourquoi et la jeune ferait une bonne Tiphaine Patraque en restant dans Pratchett. Ce qui m'a aussi interpellé c'est que seuls les personnages "surnaturels" portent un nom, comme si au final, ils étaient le réel et les autres, juste une invention, inversant ainsi les rôles. 

Au final, ce premier livre de l'année a été une très bonne lecture. J'aime particulièrement lorsque Neil Gaiman s'attaque de cette manière à l'imaginaire, mêlant héros enfant et conte horrifique, bousculant ainsi les codes de ce genre de littérature.


4 commentaires:

  1. Je n'ai encore jamais lu de livre de cet auteur, chose à laquelle j'entends remédier. Je me demande si je devrais commencer par celui ci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est le meilleur pour commencer Gaiman, mais il est assez court (surtout par rapport à American Gods par exemple) et plutôt représentatif de ce que Gaiman sait faire de mieux, du moins, je trouve.
      Mais franchement, si tu dois commencer à le lire, je te conseillerais peut-être plus Stardust plus simple à appréhender.

      Supprimer
  2. Il est dans ma PAL et je suis très tentée :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, vas-y, lis-le, il est vraiment bon

      Supprimer