lundi 9 novembre 2015

Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin, Julie Proust Tanguy

La dernière fois que je suis allée faire le plein de livre, je suis tombée, un peu par hasard, sur ce livre des Moutons Electriques. J'aime beaucoup ce genre d'essais, et ravie d'avoir lu il y a quelques années maintenant le Steampunk ! de la même collection, je l'ai pris, surtout que le thème promettait d'être réellement passionnant.

Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin, Julie Proust Tanguy

Editeur : Les Moutons Electriques
Collection : la bibliothèque des miroirs
Année de parution : 2015
Nombre de pages : 248

A lire si :
- Vous aimez les essais
- Vous voulez en découvrir plus sur la sorcière et la femme au fils des époques

A ne pas lire si :
- Le féminisme vous rebute

Présentation de l'éditeur :

Nécromanciennes redoutables, guérisseuses ignorées, doubles obscurs des fées, femmes fatales livrées au bûcher… Rejoignez-les dans ce grimoire moderne qui vous révèlera les lointaines origines et l’étrange destinée de vos sorcières bien-aimées !

Mon avis : 

La sorcière est une créature existant depuis des milliers d'années et j'avoue que j'aime particulièrement ce personnage, son ambiguïté et la manière dont elle peut être perçue suivant l'époque. J'ai un attachement particulier aux sorcières, qu'elles soient la vieille femme édentés qui fait bien peur ou la jeune femme séduisante. Mais je trouve rarement de bon écrits dessus, où elle n'est pas où trop idéalisée ou trop "démonisée" (oui j'invente des mots). Connaissant déjà l'un des ouvrages de la collection de la Bibliothèque des miroirs, je me suis dis que celui-ci pourrait répondre à mes attendes, à savoir nous décrire la sorcière depuis le début, y ajouter les implications de sa perception et finalement ne pas en faire le personnage ultra idéalisé de ces derniers temps. Ai-je eu raison ? Je le dis de suite, oui. Et nous allons voir pourquoi.

S'appuyant sur la littérature mais aussi le cinéma, les séries ou encore la musique, passant de la mythologie à notre siècle, le livre dresse le portrait de la sorcière à travers le temps et les arts. Il commence d'ailleurs par quelques tableaux plus ou moins récent et en couleur donnant le ton. J'y retrouve d'ailleurs une peinture que j'adore, Circe invidiosa de John William Waterhouse. Ensuite, nous passons d'époque en époque, en commençant par la mythologie, le moyen-âge, la renaissance, le XIX siècles et enfin notre époque. Le tout donc, pour dresser un portrait robot de la sorcière mais pas que. Nous allons finalement nous pencher sur la place de la femme dans la société.

Si au début, la sorcière semble être une femme presque comme les autres, juste plus instruite et plus sage, dirons-nous, elle va rapidement devenir le bouc émissaire des hommes, celle qu'il faut craindre, voire tuer parce que plus puissante que lui. Ce n'est que lorsque la vision de l'homme change sur elle qu'elle va devenir la sorcière maléfique que l'on connait. Ainsi dès l'avènement du christianisme, puis de la science, exclusivement réservée au homme à l'époque, toutes femmes ayant quelques savoirs ou pouvoir va devenir le bouc émissaire des hommes. Cette évolution est parfaitement bien décrite dans le livre, appuyé par de nombreux extraits de livre ou encore des portraits de femmes et d'hommes ayant existé. Car oui, finalement, on parle plus de la place de la femme, de celle qui devient la sorcière car trop différente des canons en vigueur que de la sorcière elle-même. Mais ces deux figures sont tellement proches l'une de l'autre qu'il serait compliqué de réellement les différencier.

Bien que le livre est vraiment passionnant de A à Z, il y a eu des parties qui m'ont plus intéressées que d'autres. Je pense à la partie Moyen-âge, où j'ai découvert beaucoup de chose, ou encore celle sur notre époque (plus proche de nous et surtout parfaitement illustré par les livres, films ou musique choisie). Il faut dire que se sont surement les deux périodes où la sorcière a été le plus représentée mais surtout où l'image de la femme elle-même à beaucoup évolué. 

Au final, j'ai pris grand plaisir à lire cet essai, bien construit et bien documenté (ma wishlist sur les sorcières vient d'en prendre un coup) qui mêle parfaitement folklore et féminisme sans en faire trop ni pas assez. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé l'analyse sur les sorcières de Sir Pratchett, qui clôture fort bien le livre tellement il a su voir tout ce que cache l'archétype de la sorcière. Si vous ne devez lire qu'une partie du livre, ce serait celle-ci (et pas juste parce que j'aime Pratchett et Mémé, hein).  Bref, un essai vraiment très bien pour qui veut comprendre à la fois la femme et la sorcière (mais après tout, nous le sommes toutes non ?) à travers les âges et la culture.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire