jeudi 19 avril 2012

Entremonde, Neil Gaimant et Michael Reaves

J'avoue, j'ai fini ce livre très rapidement parce que je viens de recevoir Quatruple Assasinat dans la rue de la Morgue de Cécile Duquenne, livre que j'attendais avec impatience. Cela ne m'a pas empêcher de profiter de l'histoire d'Entremonde pour autant.

Entremonde, Neil Gaimant et Michael Reaves

A lire si
-Vous aimez la théorie des mondes parallèles
- Vous aimez la SF
- Vous voulez de l'action

A ne pas lire si
- Vous voulez des personnages très développés


Présentation de l'éditeur

Alors qu'il participe à une course d'orientation, Joey se retrouve brusquement projeté dans un autre monde, à la fois très semblable au sien, mais subtilement différent. Lorsqu'il se rend compte que sa propre mère ne le reconnaît pas (et pour cause, elle n'a jamais eu de fils!), le jeune homme comprend qu'il a basculé dans une dimension parallèle. Et des dimensions parallèles, il y en a quantité, tout comme il existe une infinité de Joey, capables eux aussi de marcher entre les mondes. Ensemble, ils forment une unité d'élite devant à tout prix sauvegarder l'équilibre entre les forces de Sire Lamechien et celles de Madame Indigo, qui se livrent une guerre sans merci pour étendre leur influence sur les dimensions. 

Mon avis 

Voilà un livre jeunesse qui se lit rapidement et qui est fort intéressant. 

Comme je le disais ici , je n'ai encore jamais lu de livre de Neil Gaiman où il écrit seul, ni d'ailleurs de Michaël Reaves. Je ne pourrais donc pas parler de l’interaction entre leur deux écritures nous passerons donc sur ce sujet. Par contre, j'ai apprécié la manière dont est écrit le bouquin où réellement je n'ai pas vu de différence entre les deux écritures des auteurs. Ca coule naturellement, sans se dire que "Oh, c'est truc qui a écrit ça ou c'est machin qui a écrit ça". C'est quelque chose que j'apprécie beaucoup dans ce genre de livre co-écrit, qu'on ne voit pas la distinction entre les deux auteurs. Je trouve que cela très plaisant, surtout sur un livre pour la jeunesse.

Passons à présent à l'histoire. Nous suivons donc Joey, narrateur, dans sa découverte de mondes parallèles et sa lutte pour que les dits-mondes restent indépendants. Dans l'univers du jeune homme, magie et technologie veulent avoir la plus grosse part du cadeaux. Joey se découvre Marcheur, il peut passer d'un monde à l'autre et devient par là même un défenseur des mondes contre MAGA (la magie) et le Binaire (la technologie). Les deux entités ont besoin des Marcheurs, du moins de leur essence pour faire avancer leur flotte entre les mondes. Commence alors pour Joey la grande aventure entre les mondes.

Le personnage de Joey est un personnage d'adolescent avec tous les travers que cela peut avoir, il est mal dans sa peau (et on le comprend), pas forcément très doué et pas très réfléchi. Du coup, on en vient rapidement à s'attacher à lui. Il rencontre ses doubles des autres Terres qui sont bien différents de lui. On s'attache assez rapidement à ces nouveaux personnages surtout que bien qu'ils soient tous des doubles de Joey, ils ont vraiment une personnalité différentes. 

Côté méchant, on ne rencontrera pas vraiment les gens du Binaire, ceux qui ne sera pas le cas pour ceux de MAGA. J'ai beaucoup aimé les gens qui en viennent, très différents les uns des autres.

 En fait, j'ai apprécié la multitude de personnages même si mon préféré reste Globule, une espèce de bulle de savon vivante.

Pour ce qui est de l'action, ça démarre assez rapidement et ça ne s'arrête pas vraiment. C'est assez plaisant de ne pas avoir de temps mort comme ça. Bien que j'aurais aimé parfois un petit arrêt pour reprendre mon souffle dans les aventures du jeune homme. Ce qui fait le petit point faible donc de ce livre ainsi que le non développement de certain personnage (je reste sur ma question de Globule, masculin ou féminin qui est posé mais dont on ne connait pas la réponse).

Donc, un bon petit livre rapide à lire, un bon divertissement que j'ai beaucoup apprécié. Il ne me manque plus à présent que lire un Gaiman seul. 

J'en parle aussi ici et ici


Aucun commentaire:

Publier un commentaire