mardi 28 août 2012

Meave Regan, Rage de Dent, Marika Gallman

Voilà, je ne pourrais plus dire que je n'ai jamais lu de Bit-Lit au sens américain du terme. A vrai dire, si je pourrais, Marika Gallman est francophone ! Ma découverte de ce monde se fait en douceur avec un très bon roman.

Meave Regan, Rage de Dent, Marika Gallman

Editeur : Milady
Collection : Bit-Lit
Année de parution : 2011 au Petit Caveau, 2012 chez Milady
Format : Epub

A lire si
- Vous aimez les héroines fortes en gueule
- Vous aimez les histoires de vampires
- Vous aimez les moments un peu olé olé sans aller jusqu'à lire un vrai scène de cul

A ne pas lire si
- Vous ne voulez pas d'une héroine ressemblant un peu à Buffy
- Vous voulez du vampire romantique
- Vous voulez des personnages hyper dévellopés
- Vous n'aimez pas la violence

Présentation de l'éditeur

Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre.
Mais là, depuis un moment, rien ne va plus.
Le type sexy qui me draguait a rendu son déjeuner quand on a voulu concrétiser.
J’ai cassé le nez du copain de ma meilleure amie, et elle ne l’a pas très bien pris. Lui non plus, d’ailleurs.
Ensuite, je me suis mise à faire des cauchemars.
Et tout ça, c’était avant qu'une bande de vampires décide de redécorer mon appart et qu’un colosse me kidnappe.
Quand je vous dis que ce n’est pas ma semaine…

Mon avis

Il m'aura fallu un peu de temps pour lire cet epub, il faut dire que lire seulement cinq minutes par jour devant mon café ne fait pas avancer ma lecture comme je le voudrais. Et pourtant, Maeve Regan est addictive.

Tout commence par une soirée qui ne se déroule pas vraiment comme Maeve l'entend, encore moins pour une soirée d'anniversaire. Elle  casse le nez de l'ex brutal de sa meilleure amie, et se prend la tête avec elle. Tout aurait pu s'arrêter après une bonne nuit de sommeil sauf que non. A vrai dire, finalement, le nez cassé est le moindre de ces problèmes. Quelques jours plus tard, son grand père lui apprend qu'elle est une sorcière mais pas que et en plus, elle se fait enlever par des vampires. Autant dire que non, ce n'est pas sa semaine.

En fait, en elle-même, l'histoire est assez banale, surtout si on connait Buffy, the vampire Slayers. J'ai cru comprendre qu'en Bit-Lit, c'était assez fréquent. En plus de cela, je trouve que tout va trop vite et surtout trop facilement. Maeve se fait kidnapper et fait confiance à son agresseur quasiment de suite après ? Je trouve que ça fait très syndrome de Stockholm et c'est assez déroutant.

Ce qui fait vraiment ce roman pour moi, ce sont les personnages. Ils sont juste parfaitement décrits et ne tombent pas tous dans le pire archétype (non parce que ça aurait pu hein). D'ailleurs, en parlant d'archétype, j'avais peur pour les vampires, et finalement, pas du tout, ils sont semblabes à ceux de la mythologie mais avec une petite différence.

Maeve, pour moi, c'est une espèce de Buffy, le côté chasseuse de vampire en moins, le côté un peu vulgaire en plus. C'est un personnage qui peut en ennuyer certain de par son trop franc parler et le fait que se soit finalement une vraie tête à claque. Et pourtant, moi elle m'a plut. Elle n'a rien à voir avec la demoiselle en détresse (elle le dit assez) mais en même temps, elle est fragile. Bref, j'ai beaucoup aimé Maeve. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé quasiment tous les personnages de ce livre. J'ai eu un grand coup de coeur pour Lukas, vampire de son état, assez cynique et plutôt protecteur avec Maeve. Un gros coup  de coeur aussi pour Miss Parfaite et la manière dont Marika Gallman a de décrire les sentiments de Maeve pour elle.

Le style de Marika Gallman est assez "oral", Maeve est la narratrice du roman et autant dire que si on n'aime pas la personnalité de la demoiselle, cela risque de mal se passer. Personnellement, cela ne m'a pas dérangé et j'ai même trouvé que c'était très bien. On rentre un peu plus dans l'histoire de cette façon, même si du coup, on n'apprend que ce que Maeve apprend (et moi, j'aime bien en savoir plus).

Finalement, je n'ai pas grand chose à dire de plus sur ce livre (je sens que la Bit-lit, c'est pas simple à chroniquer). J'ai beaucoup aimé, c'est assez distrayant comme lecture et en plus, ça se lit facilement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire